Key Documents

What Can We Hope For From A Kerry Presidency?

Some yearn (or dream) nostalgically of the Clinton Years

By Pascal Laouche doctoral student in Physics at the University of Quebec at Trois-Rivieres (Three Rivers, on the north shore between Montreal and Quebec)
Translated by John Hess

For some time now public personalities has shown their support for the Democratic candidate John Kerry in the coming American presidential election. For example, the rock singer Bruce Springsteen has initiated a cross country tour to promote the Democratic candidate. He wrote: "I don't think Kerry or Edwards have all the answers. But I believe they really want to ask the real questions and will work to find honest answers. They understand we need an administration that makes a priority of equality, humility, health care for all American citizens, courage, and confidence."

There is also a group of Nobel Prize winning economists, including Joseph Stiglitz and Paul Samuelson. These researchers contend that "John Kerry understands that political economy needs an important change of direction." According to them, "the fiscal irresponsibility of President Bush threatens the long term economic security and prosperity of our country." The message being sent is clear: the Bush administration has thrown the nation into chaos. Only Kerry offers the hope of a better world.

This hope resonates in much of the public sector. Sometimes it is accompanied by a fond recollection of the last Democratic administration, now being presented as an ideal sort of management. The Clinton years appear now as an ideal that only a candidate with a similar outlook could reproduce. But exactly might that mean? Suppose that Kerry is elected: what can history teach us? A look back at the Clinton years is important.

Social Disaster

On the social plane, the politics of Bill Clinton were simply disastrous. The maniacal objective of balancing the budget was achieved by large across the board cuts in social programs. For example: suppression of immigrant support services, retreat from guaranteed federal aid to poor families with children, and, among even more cuts, thanks to the Senate the proposal to provide free medical coverage for 10.5 million children without coverage was rejected.

This reallocating of resources threw many Americans into poverty. But the state took charge of the problem of this increasing mass of the poor by building more prisons. In 1996 8 billion dollars was allocated for this purpose. The result of this political decision is that the US today has the largest percentage of population in prison in the world, taking that hardly enviable distinction away from China (no mean feat). And in 1996 Clinton extended the death penalty to a new range of crimes.

The foreign policy of Clinton was equally brutal. In a world no longer menaced by the Soviet enemy and in spite of the evident absence of threatening enemies , the military budget was still kept at the same level as during the Cold War, and then increased.

Attack on Iraq

Some months after his election, Clinton set the tone his regime would follow by ordering an attack on Iraq following a (hypothetical) attempt to assassinate Bush senior. These strikes fell only on civilians (as always), leaving intact the Iraqi military apparatus. The continuation of economic sanctions against Iraq devastated the civilian population and caused the deaths of around 500,000 children. Asked to justify this sacrifice on a television broadcast, Madeline Albright, then ambassadoe to the UN, responded: "I think this is a difficult choice, but…yes, we think it is worth the price."

The disappearance of the communist menace forced the Democratic leaders to find another reason to lead their nation to war: the defense of human rights. This military humanism was used with great (or fine) discrimination. Even while economic relations with China were enhanced, it served as a pretext for the massive bombardment of Kosovo. This bombardment created some 800,000 displaced persons.

Under Clinton, the US achieved another hardly glowing distinction: that of the greatest arms dealer on the planet. Some countries that benefited from Washington's largesse were major human rights violators: Indonesia (genocide in East Timor), Turkey (massacre of Kurds), and Israel (massacre of Palestinians). In 1993 the Americans sold a total of 32 billion dollars of weapons, an historic record. In 1999, more than a third of all the weapons sold in the planet were of American origin. And two-thirds of the clients of the US were poor countries.

And Rwanda

The gravest crime of the Clinton administration was probably its blocking of any serious intervention in Rwanda. The genocide perpetrated in this tiny African country reached almost surrealistic levels of horror. In 100 days, around 800,000 people were massacred, most by machete blows. Despite the repealed calls for aid from the courageous lieutenant-general Romeo Dallaire (note, a Quebecer), then head of the tiny UN peace keeping force, the international community remained perfectly indifferent (kept its eyes closed). When it became impossible to keep eyes closed any longer, the US roused itself to undermine any efforts of other countries to intervene.

Thus, it seems clear that it is hardly reasonable to consider the two Clinton administrations as a worthy model to follow because so many human beings suffered or died as a result of its policies, among the US population as well as that of other countries -- for the most part people who were poor and defenseless.

This Democratic president dreamed of becoming the greatest in history. He was only pitiful. What, then, can one hope for from a Kerry presidency? Not much, if history repeats itself.

Original French:

Que peut-on espérer d'une présidence Kerry?

Les résultats des années de présidence de Bill Clinton laissent songeur

du mercredi 6 octobre 2004
Direct Link to Article: Que peut-on espérer d'une présidence Kerry?

Depuis quelque temps déjà, des personnalités publiques ont manifesté leur appui au candidat démocrate John Kerry pour la prochaine élection présidentielle américaine. Par exemple, le chanteur rock Bruce Springsteen a amorcé une tournée à travers les États-Unis pour faire la promotion du candidat démocrate. Pour l'occasion, il écrit: "Je ne pense pas que John Kerry et John Edwards possèdent toutes les réponses. Mais je crois qu'ils veulent sincèrement poser les vraies questions et oeuvrer à trouver des solutions honnêtes. Ils comprennent que nous avons besoin d'une administration qui pose comme priorités l'équité, l'humilité, le souci de tous les citoyens américains, le courage et la confiance."

Il y a également un groupe de Prix Nobel d'économie, dont Joseph Stiglitz et Paul Samuelson. Ces chercheurs affirment que "John Kerry comprend que la politique économique a besoin d'un changement important de direction". Selon eux, "l'irresponsabilité fiscale du président Bush menace notre sécurité économique à long terme et la prospérité de notre nation". Le message véhiculé est clair : l'administration Bush a plongé le pays dans le chaos. Seul Kerry offre l'espoir d'un monde meilleur.

Cet espoir résonne souvent dans l'espace public. Parfois, il est accompagné d'un rappel de la dernière administration démocrate, celle-ci étant présentée comme un idéal de gestion. Les années Clinton apparaissent comme un idéal que seul un candidat de même allégeance peut reproduire. Mais qu'en est-il exactement ? Supposons que Kerry soit élu : qu'est-ce que l'histoire peut nous apprendre ? Un rappel des huit années Clinton s'avère pertinent.

Désastre social

Sur le plan social, les politiques de Bill Clinton ont été tout simplement désastreuses. L'objectif maniaque d'atteindre l'équilibre budgétaire a été réalisé à grands coups de ciseau dans les programmes sociaux. Par exemple : suppression des avantages sociaux offert aux immigrés, retrait de la garantie fédérale d'apporter une aide financière aux familles pauvres ayant la charge d'enfants et, entre autres, intervention auprès du Sénat pour que la proposition d'étendre la couverture médicale gratuite aux dix millions et demi d'enfants qui ne bénéficiaient d'aucune couverture soit rejetée.

Ce détournement de ressources a fait sombrer de nombreux Américains dans la misère. Mais l'État a quand même pris en charge cette encombrante masse de pauvres en construisant plus de prisons. En 1996, huit milliards $US y ont été consacrés. Cette politique a fait en sorte que les États-Unis sont aujourd'hui le pays qui compte la plus importante population carcérale au monde, dérobant à la Chine ce titre peu enviable (ce qui, convenons-en, n'est pas un mince exploit). Et en 1996, Clinton a étendu la peine de mort à toute une série de crimes.

Quant à la politique étrangère de Clinton, elle a été remarquablement brutale. Dans un monde pourtant débarrassé de l'ennemi soviétique et malgré l'absence évidente d'ennemis à abattre, le budget militaire a été maintenu au même niveau qu'à l'époque de la guerre froide, puis augmenté.

Attaque contre l'Irak

Quelques mois après son élection, Clinton a donné le ton à son règne en ordonnant une attaque de l'Irak à la suite d'une (hypothétique) tentative d'assassinat sur la personne de Bush père. Ces frappes n'ont touché que les civils (comme toujours), laissant intact l'appareil militaire irakien. Le maintien des sanctions économiques contre l'Irak a dévasté la population civile et causé la mort d'environ 500 000 enfants. Appelée à justifier ce sacrifice lors d'une émission de télévision, Madeleine Albright, alors ambassadrice auprès des Nations unies, avait répondu : "Je pense que c'était un choix difficile, mais ... oui, nous pensons que c'était le prix à payer."

La disparition de la menace communiste a forcé les dirigeants démocrates à trouver une autre raison pour mener leur pays en guerre : la défense des droits de l'homme. Cet humanisme militaire a été utilisé avec beaucoup de discrimination. Pendant que les relations économiques avec la Chine s'embellissaient, il a servi de prétexte au bombardement massif du Kosovo. Ces bombardements ont provoqué le déplacement de 800 000 personnes.

Sous Clinton, les États-Unis se sont donné un autre titre peu reluisant : celui du plus grand vendeur d'armes de la planète. Certains pays qui ont bénéficié des faveurs de Washington sortent de l'ordinaire par leurs violations des droits de l'homme : Indonésie (génocide du Timor-Oriental), Turquie (massacre des Kurdes) ou Israël (massacre des Palestiniens). En 1993, les Américains ont vendu pour un total de 32 milliards $US d'armes, un record historique. En 1999, le tiers de toutes les armes vendues à travers la planète étaient d'origine américaine. Et les deux tiers des clients des États-Unis étaient des pays pauvres. Et le Rwanda

Le crime le plus grave de l'administration Clinton est probablement son action pour empêcher une intervention sérieuse au Rwanda. Le génocide perpétré dans ce petit pays d'Afrique en 1994 a atteint un paroxysme d'horreur surréaliste. En 100 jours, environ 800 000 personnes ont été massacrées, pour la plupart à coups de machette. Malgré les appels à l'aide répétés du courageux lieutenant-général Roméo Dallaire, alors chef de la misérable mission de paix onusienne, la communauté internationale est restée parfaitement indifférente. Lorsqu'il est devenu impossible de garder les yeux fermés, les États-Unis se sont activés à miner tous les efforts entrepris par d'autres pays pour intervenir.

Ainsi, il semble bien qu'il ne soit pas raisonnable de considérer les deux administrations Clinton comme un modèle à suivre car beaucoup d'êtres humains ont souffert ou sont morts en raison de ces politiques, tant parmi la population américaine que parmi celle d'autres pays -- pour la plupart pauvres et sans défense.

Ce président démocrate rêvait de devenir le plus grand de toute l'histoire. Il a seulement été pitoyable. Alors, que peut-on espérer d'une hypothétique présidence Kerry ? Pas grand-chose. À la condition, évidemment, que l'histoire ne fasse que se répéter.


Complied by Stephen Soldz

Boston Graduate School of Psychoanalysis
1581 Beacon St.
Brookline, MA 02446
http://soldzresearch.com/stephensoldz
ssoldz@bgsp.edu

Also check out our other web sites:

Iraq Antiwar Resources
Psychoanalysts for Peace and Justice
Background on the Haitian Crisis
Anti-Bush Fun!
Progressive News Online
Where is the US Headed?

If you find this information useful,
or if you have other ideas for what should be included,
please let us know by sending us email